Les véhicules électriques, nous dit-on souvent, sont l’avenir. Toute une série de constructeurs automobiles et de nations ont des plans pour passer à l’électrique.

Le plus grand constructeur américain, General Motors, affirme qu’il éliminera progressivement les véhicules à carburant fossile d’ici 2035. La Norvège s’est fixée pour objectif de mettre fin aux ventes de nouvelles voitures à essence et diesel d’ici 2025, le Royaume-Uni d’ici 2030 et la France d’ici 2040.

En Australie, seuls 2 % environ des nouvelles voitures vendues aujourd’hui sont électriques. La modélisation du gouvernement fédéral en 2021 prévoyait un bond à 90 % du parc automobile en 2050.

Le nouveau gouvernement fédéral a fermement inscrit les véhicules électriques à l’ordre du jour. Le ministre de l’Industrie, Chris Bowen, l’a fait dans un discours prononcé lors du EV Summit le 19 août. Comme l’a déclaré le cabinet de conseil mondial McKinsey and Co, « l’avenir de l’automobile est électrique ».

Une histoire très longue et mouvementée

Ce que l’on oublie souvent, c’est que les véhicules électriques ont un passé et un avenir. Si nous regardons en arrière, nous pouvons constater qu’ils ne sont pas un rêve futuriste mais une option de transport de longue date.

Cette histoire met également en lumière les obstacles auxquels les véhicules électriques sont confrontés – et qu’ils s’efforcent de surmonter. C’est une histoire mouvementée qui revêt une importance particulière pour les Australiens, si longtemps attachés à la combustion interne.

Les véhicules électriques existent depuis le début de la construction automobile. Robert Davidson a construit le premier véhicule électrique pratique – un camion de 16 pieds (4,9 mètres) mû par des moteurs électromagnétiques – en Écosse en 1837. C’était des décennies avant l’invention du moteur à combustion interne.

Dès 1881, des autobus alimentés par des batteries circulaient à Paris. Ils ont rapidement été adoptés dans d’autres villes, notamment Berlin, Londres et New York.

À la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, les fabricants de voitures électriques ont rivalisé avec leurs nouveaux concurrents à combustible fossile. Dès 1914, par exemple, la Detroit Taxicab and Transfer Company a construit et exploité une flotte de près de 100 taxis électriques. Ce n’était pas inhabituel. Un article du New York Times observe :

« Au début du 20e siècle, les voitures électriques silencieuses, douces et non polluantes étaient un spectacle courant dans les rues des grandes villes américaines. »

Fabriquée par l’Anderson Carriage Company, la Detroit Electric était un modèle courant à la fin des années 1910 et au début des années 1920. À une époque où les voitures à essence étaient malodorantes et grasses, les voitures électriques étaient populaires auprès des femmes. Même la femme d’Henry Ford, Clara, a conduit une voiture Detroit Electric jusqu’en 1930 parce qu’elle n’aimait pas le bruit et les fumées du modèle T de Ford.

Bien que le moteur à combustion interne ait peu à peu pris le dessus – en partie à cause de l’autonomie limitée des véhicules électriques – les entreprises peu connues de fabrication de voitures électriques se sont poursuivies. Comme l’a écrit l’auteur Tom Standage dans son livre A Brief History of Motion, ces véhicules ont une « histoire perdue » qu’il est important d’explorer.

Un nouveau modèle d’après-guerre

Après la Seconde Guerre mondiale, un nouveau modèle de véhicules électriques est apparu. La plupart étaient des versions modifiées de voitures à carburant fossile. Parmi elles, citons la Henney Kilowatt de 1959, qui utilisait un châssis et une carrosserie de Renault Dauphine, et la Lectric Leopard de 1979-80, fabriquée par l’US Electricar Corporation, sur la base d’une Renault 5.

henney kilowatt
en image: Henney Kilowatt

L’une des plus populaires était la Citicar, construite entre 1974 et 1976 par la société Sebring-Vanguard en Floride. Basée dans le Massachusetts, Solectria a ensuite fabriqué la Solectria Force, dérivée d’une GM Geo.

Bien que les voitures à essence restent dominantes, l’essor de la voiture électrique est prédit depuis des décennies. Aux États-Unis, l’écrivain automobile David Ash voyait l’avenir des voitures électriques dès 1967. « Par temps clair, vous verrez la voiture électrique », écrivait-il, notant qu’elle offrait une solution à la pollution atmosphérique croissante de l’Amérique et à sa dépendance au pétrole étranger. « Produire des voitures électriques », préconisait l’expert en énergie Edwin F. Shelley en 1980, après la deuxième crise pétrolière des années 1970.

À l’époque, le Congrès américain était d’accord. Il a adopté la loi de 1976 sur les véhicules électriques et hybrides dans le but de développer des véhicules qui ne dépendent pas du pétrole étranger.

À la fin des années 1980, GM a développé la pionnière Impact (ou EV1). L’EV1 a finalement été tué lorsque la Californie – suite à un lobbying soutenu de l’industrie – a inversé un mandat d’émission strict. En 2021, Automotive News a toutefois déclaré que l’EV1 avait « planté la graine pour l’adoption actuelle des VE par l’industrie ».

voiture électrique GM EV1
GM EV1

La percée dépendait de l’amélioration des batteries

Les premiers véhicules électriques souffraient de l’autonomie limitée de la batterie, un gros inconvénient dans les grands pays comme l’Australie et les États-Unis. La percée a eu lieu dès les années 1990, avec l’apparition des batteries rechargeables au lithium-ion. Il y a presque 20 ans, Tesla a été fondée pour tirer parti de cette technologie.

Entre 2008 et 2020, le prix des packs de batteries a chuté de 80 %, pour atteindre environ 20 000 dollars. Les véhicules électriques sont ainsi devenus une alternative viable aux voitures à carburant fossile, surtout si les politiques gouvernementales encouragent les consommateurs à passer à l’acte. Sur les marchés où de telles politiques sont appliquées, ils progressent rapidement.

L’histoire nous renseigne également sur les obstacles à l’adoption massive des véhicules électriques. Les mêmes préoccupations – autonomie, absence de bruit et d’odeur, reconnaissance de la marque – sont soulevées depuis des décennies. Comme l’écrivait David Ash en 1967 :

« L’automobile moderne n’est qu’une partie du transport. Elle est aussi un symbole de puissance, un tapis volant, un jouet et un compagnon. Achèterons-nous des voitures qu’on ne peut faire rugir ? »

Un véhicule dont l’heure est venue

Aujourd’hui, l’heure de la voiture électrique semble être enfin venue. À l’heure du changement climatique, le renforcement des réglementations visant le moteur à combustion interne produit un réel changement. En 2021, les véhicules routiers ont produit 17 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone. Comme le déclarait un éditorial du New York Times en 2017 :

« Il n’y a tout simplement aucun moyen crédible de lutter contre le changement climatique sans changer la façon dont nous nous rendons d’ici à là. »

Les qualités environnementales du véhicule électrique – remarquées par les consommateurs au début du XXe siècle ainsi qu’au début du XXIe siècle – sont en train de surmonter la domination séculaire de la voiture à carburant fossile. Plutôt que d’être nouvelles, les voitures électriques ont joué – et gagnent maintenant – le long jeu.

EASEE participe à cette transformation technologique en offrant une borne de recharge de voiture électrique compacte, efficace et intelligente.

EASEE est un concepteur de borne de recharge pour voiture électrique.